Cosmétiques : 60 Millions de Consommateurs reste positive

Des cosmétiques sains et sûrs

Par les temps qui courent, il n’est pas fréquent de trouver des informations positives qui pourraient raviver notre optimisme. Alors même que l’UFC-Que Choisir vient de dévoiler une liste de 23 cosmétiques aux substances interdites, l’association 60 Millions de Consommateurs opte pour une communicatiion positive et nous rappelle qu’il y a bien des produits de beauté sains et sûrs, ne comportant pas de produits toxiques. Enfin une bonne nouvelle.

L’UFC-Que Choisir dénonce certains produits cosmétiques

12 composés préoccupants, 1 000 produits aux substances jugées indésirables, 23 produits à contenir des substances interdites… Ces chiffres de l’association UFC-Que choisir ont de quoi nous déprimer. Bien sur, l’UFC-Que Choir a immédiatement demandé le retrait immédiat de ces produits du marché, de même que Patrick O’Quin, président de la Fédération française des entreprises de la beauté (Febea), sollicité par l’Agence France-Presse (AFP).

Celui-ci explique que, bien que la complexité de certaines chaînes de distribution puisse expliquer la présence de certains de ces produits qui n’ont été interdits que très récemment, d’autres, en revanche, interdits depuis plusieurs années sont absolument inexcusables.

Le problème réside principalement dans la présence de perturbateurs endocriniens dans certains cosmétiques, substances qui ne sont pas définies clairement par les lois européennes. L’UFC-Que Choisir a donc renouvelé sa requête à la Commission européenne de publier une définition claire et précise des perturbateurs endocriniens, en incluant également les ingrédients qui sont suspectés d’en être.

60 Millions de Consommateurs opte pour une communication positive

Quoi qu’il en soit, les consommateurs semblent se lasser de ces listes d’interdits, de non-désirables, de préoccupant ou toute information négative et préférer une communication positive. L’association 60 Millions de Consommateurs l’a, apparemment, bien compris et a proposé, plutôt qu’une liste d’interdits, une liste de cosmétiques sains et sûrs, non composés de produits toxiques.

En effet, pour le consommateur, il est bien beau d’apprendre que tel ou tel produit n’est pas fiable. Il va alors choisir un autre produit, mais sans la certitude que celui-ci ne sera pas mis sur liste noire d’ici quelques mois ou quelques années. Il est donc bien plus utile à nos utilisateurs et utilisatrices de cosmétiques d’être renseignés sur les produits dont ils peuvent se servir en toute sécurité.

De plus, parler des produits interdits leur fait de la publicité à tord et il paraît bien plus logique de parler de ceux que l’on peut acheter en toute bonne conscience. Cela poussera également les producteurs à poursuivre leurs efforts envers des produits respectueux de la santé, plutôt que de chercher des substances de substitution à celles qui ont été interdites, qui pourraient se révéler encore bien pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *